Coordonnées

12 Rue André Souquet

22690 Pleudihen sur Rance

6 ème maison à droite

dans le lotissement à l'angle de la Pharmacie

www.cabmedpleudihen.fr

cabmedph@orange.fr

Tél : +(33) 296 832 067

02 96 83 20 67

----------------------

Publié par Cabinet Médical des Drs HAMONIC et PAPIN

 26 avril au 2 mai 2011copieecran-2011-04-14-a-20.17.33.jpg

Semaine européenne de la vaccination

 Enfants, adolescents, jeunes adultes 

Penser à vérifier que les vaccins sont à jour

 


Coqueluche   

 

 

La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire très contagieuse. Elle se transmet par contact avec un malade qui tousse. Cette contamination a généralement lieu au sein de la famille ou de collectivités (écoles, hôpitaux).  Elle est due à une bactérie : le bacille de Bordet gengou encore appelé Bordetella pertussis.

Le signe essentiel de cette affection d’origine bactérienne est une toux typique en quinte qui évoque le chant du coq (d’où son nom « coqueluche »). Cette toux, qui dure plusieurs semaines, est souvent accompagnée d'une difficulté à reprendre son souffle et de vomissements. Chez les moins de 6 mois, elle est particulièrement grave : les complications sont pulmonaires et neurologiques. La coqueluche peut être mortelle surtout chez les tout- petits. Entre 1996 et 2005, 32 décès d’enfants par coqueluche ont été recensés dans le réseau de surveillance des coqueluches sévères de l’enfant (Renacoq). Près de neuf décès  sur dix sont survenus chez des enfants de moins de 3 mois. Dans la même période 1600 enfants de moins de 6 mois ont été hospitalisés dont près d’un sur cinq en réanimation. Dans plus de la moitié des cas, les parents étaient à l’origine de la contamination et une fois sur quatre les frères ou sœurs.

La coqueluche atteint aussi les adultes sous une forme moins grave mais très contagieuse pour les bébés. La coqueluche est redevenue une maladie fréquente de l’adulte jeune, du fait de la perte assez rapide de l’immunité vaccinale ; les personnes vaccinées durant leur enfance ne sont plus protégées car elles n’ont souvent pas effectué les rappels nécessaires. Contrairement aux idées reçues, le fait d’avoir déjà eu la coqueluche n’empêche pas de la contracter à nouveau.  Ce sont donc souvent les adultes malades qui transmettent la maladie aux nourrissons[1]. 

 

Le bébé peut être vacciné dès l’âge de deux mois. Trois injections à un mois d'intervalle sont réalisées, suivies d'un premier rappel vers 16-18 mois et d'un second vers 11-13 ans. Ce rappel vise à protéger les adolescents et les jeunes adultes en particulier pendant les premières années de la fécondité.  Un rattrapage à l’âge de 16-18 ans en association avec le rappel DTP permet de vacciner les adolescents qui ne l’auraient pas été à 11-13 ans ou qui auraient reçu (hors recommandation), un rappel coquelucheux à l’âge de 5-6 ans.  

 

La stratégie de vaccination décidée en France pour les jeunes adultes est celle dite du « cocooning », visant à protéger les nourrissons trop jeunes pour être vaccinés, par l’immunisation de leurs parents et de leur entourage proche. La vaccination contre la coqueluche est ainsi recommandée aux futurs parents pour protéger indirectement leur nourrisson dans les deux à trois premiers mois de sa vie. Le rappel de vaccination pour les parents devra été réalisé dés la naissance du bébé, s’il n’a pu être fait avant la grossesse.

Afin de renforcer la stratégie du cocooning, il est également recommandé à tous les adultes n’ayant pas reçu de vaccination contre la coqueluche au cours des dix dernières années de faire un rattrapage à l’occasion du rappel décennal diphtérie-tétanos-polio habituellement effectué entre l’âge de 26 et 28 ans.

Par ailleurs, tous les professionnels de santé et de la petite enfance devraient être vaccinés contre la coqueluche et en priorité ceux travaillant auprès des nourrissons de moins de 6 mois.

 

 



[1] Grimprel E. La coqueluche en pratique en 2006. Revue française d'allergologie et d'immunologie clinique 2006 ;46 :548-551.