Coordonnées

12 Rue André Souquet

22690 Pleudihen sur Rance

6 ème maison à droite

dans le lotissement à l'angle de la Pharmacie

www.cabmedpleudihen.fr

cabmedph@orange.fr

Tél : +(33) 296 832 067

02 96 83 20 67

----------------------

Publié par Cabinet Médical des Drs HAMONIC et PAPIN

Rhume : pas de médicament utile, hormis parfois le paracétamol


         En cas de rhume, prévenir la transmission des virus est la principale mesure à prendre. Aucun médicament ne raccourcit la durée d'un rhume.


            En cas de maux de tête, de mal de gorge ou de fièvre, le paracétamol est le médicament de choix.
          Un rhume résulte d'une inflammation de la muqueuse nasale, en général d'origine virale.

          L'évolution d'un rhume est spontanément favorable, le plus souvent en 1 à 2 semaines. Chez les patients en bonne santé, un rhume ne justifie pas à lui seul un examen médical, même chez un nourrisson ou un enfant.


          Les virus des rhumes sont transmis par inhalation de gouttelettes en contenant, projetées dans l'air ambiant par des personnes infectées et par contact de main à main, ou via des objets contaminés (poignées de porte, téléphones, etc.).

          Limiter les risques de transmission des virus en cause est la principale mesure à prendre en cas de rhume : lavage fréquent des mains, limitation des contacts directs, élimination des produits de mouchage, etc.


          Aucun médicament ne raccourcit la durée d'un rhume.

En cas de céphalées, de mal de gorge ou de fièvre lors d'un rhume, le paracétamol est le médicament de choix, y compris chez les femmes enceintes.

Certains médicaments sont à écarter :

-les solutions nasales en spray chez les nourrissons qui exposent à des fausses routes et à des arrêts cardiorespiratoires réflexes ;

-les décongestionnants vasoconstricteurs par voie nasale ou orale qui exposent à des effets indésirables neuropsychiques et cardiovasculaires (éphédrine, etc.) ;

-les antibactériens et antiseptiques par voie nasale qui provoquent des irritations et des allergies ;

-les antihistaminiques H1 dits sédatifs (chlorphénamine, etc.), les terpènes, les antitussifs opioïdes (codéine, etc.), les expectorants mucolytiques, qui exGG-2014-12-23-a-22.49.46.jpgposent à divers effets indésirables.

Mieux vaut ne pas utiliser d'anti-inflammatoire non stéroïdien, y compris dans des pastilles à sucer. Ils sont à écarter chez les femmes enceintes ou susceptibles de le devenir.


©Prescrire 1er décembre 2014    

 


lire aussi

AMELI : Médicaments contre le rhume : prudence